Unforgettable

Publié le par Méli

http://www.lelombard.com/images/serie/eleve-ducobu-12-l158-h205-c.jpg

 

Oui, je parle de mes déboires, de mes choupis élèves, de leurs bêtises, de leurs petites bizarreries. Vous savez comme je les aime, et comme certains sont moins appréciables. Et j'me suis dit qu'il faut que vous connaissiez toutes ces choses, qui fait que l'assistanat est une expérience qui, pour moi, sera inoubliable.

 

quand les ¾ de la classe lèvent la main à la question « who wants to go out with Méli? » pour venir travailler en petit groupe avec moi.

quand les gamins me disent « Hi miss ! » dans les couloirs.

quand ils vous disent bonjour en vous croisant dans la rue.

quand ils vous disent vous avoir vu dans telle ville, tel jour, mais ne pas avoir osé venir vous saluer.

quand ils rougissent parce qu'on leur fait remarquer que les leçons, c'est pas là pour faire joli.

quand ils rigolent parce que « c'est trop drôle de pincer son nez pour parler français » - pour prononcer les -in, et autres nasales.

quand les y12 râlent en jouant au taboo, parce que la carte leur paraît toujours trop difficile, mais qu'elles se prêtent au jeu quand même.

quand les mêmes y12 réclament pour jouer au pendu.

quand les y7 se battent pour trouver le mot ou la phrase qui leur permettra d'aller faire une croix au tableau, pendant un jeu de morpions.

quand ils te disent, tout fiers « Bonjour Miss ! Ça va? » en te croisant dans les couloirs.

quand ils font « oh, this is Méli ! Hi Méli ! » quand tu fais cours en dehors du MFL department.

quand ils te demandent s'ils peuvent venir te voir après les cours pour faire un soutien en prononciation.

quand ils te disent fièrement que, plus tard, ils iront à l'université et qu'ils étudieront le français.

quand ils disent qu'ils sont déçus de savoir que je ne viendrai pas à l' « annual trip to Paris ».

quand ils te remercient, après un cours, et même après une retenue.

quand ils viennent te voir en catimini, pour que tu leur corriges un exercice avant qu'ils aillent en classe.

quand les y13 essaient de me convaincre que le début du cours est à 14h50, et non 14h45.

quand cesdits y13 doivent bien se rendre à l'évidence que je ne suis pas née de la dernière pluie.

quand Izzy m'a annoncé fièrement qu'elle ira faire sa seconde dans un lycée français près de Paris.

quand Jess s'est vantée d'aller à Paris le 15 avril... Et qu'elle a ri quand j'lui ai dit que j'y serai aussi.

quand Will s'écrit « Sacrebleu ! » au milieu du cours.

quand Josh me parle espagnol.

quand Joe m'évite (trois fois de suite) à Lincoln.

quand Xander me parle allemand.

quand ils utilisent Google Translator pour faire leurs devoirs.

quand Abdul reprend quinze fois sa phrase, pour être sûr qu'elle sera absolument parfaite.

quand Taboka me tape sur les nerfs, à affirmer que le conditionnel ça s'appelle pas le conditionnel.

quand Callum affirme que, de toute façon, il ne prendra pas le français comme matière pour ses GCSEs.

quand la petite Charlie lui rétorque qu'ils sont en y7, et qu'il verra bien dans deux ans.

quand Louis me raconte que son père est français, et que c'est pour ça qu'on prononce son prénom à la française, et non à l'anglaise.

quand tous les gamins que je croise me demande ce qu'il m'ait arrivé pour que je me promène avec une béquille.

quand Rachael me demande si elle peut effacer le tableau.

quand ma collègue PGCE veut que je ne lui parle qu'en français.

quand Emie me dit que la langue française, bah Miss, c'est la plus belle langue qui existe.

quand Sam apprend ses préparations écrites par coeur, et qu'il bug dès que ça sort du contexte.

quand Lucy sourit parce qu'elle a eu un B à son exam.

quand Daisy est devenu Ian, afin d'être différenciée de l'autre Daisy de la classe.

quand Mary imite la machine à laver.

quand Annabelle a décroché un A* à son examen écrit de français.

et tant d'autres.

 

Demain soir, la semaine sera finie, le week-end sera à nouveau là. Et il ne me restera plus que cinq semaines de cours et deux de vacances. Après, ce sera fini.

Et je me dis que je n'arriverai pas à quitter cette école sans pleurer. Parce que ces petites choses, on s'y attache. Ils me manqueront, pour sûr.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article