La Pédagogie pour les Nuls

Publié le par Méli

Long time not see.

Il faut dire que depuis mon retour, il ne s'est rien passé de... D'exaltant à raconter ici. Oui, j'ai emménagé, oui j'ai trouvé du boulot, oui il s'est passé des choses, mais rien de racontable.

Mais la rentrée approche et je pense que ça ne sera pas de tout repos. Je m'arrache déjà les cheveux, pour tout vous dire.

 

Mais l'article du jour va concernait un boulot que j'exerce depuis, plus ou moins, que je suis revenue en France : prof d'anglais à domicile pour une célèbre agence que nous ne citerons pas ici – à moins que je l'aie cité dans un autre article ? Je me souviens plus.

Enfin bon, j'ai un peu de job étudiant par là. Et donc, depuis deux mois, je fais des cours d'anglais, à droite, à gauche, à des petits loups de collège – et j'ai une lycéenne qui s'ajoute dès la rentrée.

Outre le fait que j'apprends la localisation de plein de petits patelins autour de ma ville en allant voir ces jeunes gens, j'acquiers tout doucement une expérience dans le domaine de l'apprentissage de l'anglais. Et du niveau de nos chères têtes blondes.

Et surtout, je me rends compte que certaines personnes n'ont rien compris à la vie.

 

Cette semaine, je m'occupe de deux jumeaux – le frère et la soeur, une heure chacun, qui ont pris aussi une heure de cours dans une autre matière. Le frère a donc un cours de français, en plus.

Son souci, en fait, c'est l'attrait. Il a une moyenne générale plutôt bonne, mais du mal en français, et en anglais, avec des lacunes qui s'accumulent et ne l'encouragent pas à s'accrocher. Le but de cette semaine de cours, à raison d'une heure par jour : le réconcilier avec la matière, et lui redonner quelques bases pour qu'il puisse reprendre sa rentrée avec des lacunes moins graves et rattrapables.

 

Donc moi, j'agis de manière bête et méchante : je cherche à savoir ce qu'ils aiment bien pour étudier les bases vis à vis de ça. Et du coup, on finit avec les classiques. Une étude de scène de Harry Potter, un extrait de Twilight, une biographie de JKR... Bref, on s'en sort, on essaie de rendre la chose drôle et intéressante.

Et hier, j'ai le malheur de prendre le cahier de mon élève dans les mains. Un cahier format A4, d'un gamin qui sort de 4ème.

Je vois que dans son cours de français de la veille, il a copié 4 pages.

o.o

En une heure.

Pour vous donner un ordre d'idée, si vous ne voyez pas le problème : 4 pages, c'est ce que je prenais en notes avec mon prof de civilisation – réputé pour être difficile à suivre – en une heure. D'accord le gosse écrit plus gros que moi, mais quand même...

Je regarde ensuite le thème des cours. Les accords.

o.o

Il rentre en troisième. Et étant donné qu'en l'absence de tableau, je lui fais un peu de dictée pour écrire nos cours, je peux vous assurer qu'il n'a aucun problème avec les accords. Il fait bien une faute à droite, à gauche, mais rien de très méchant.

Curieuse, je demande au jeue homme comment se passent ses cours de français. La réponse ne tarde pas : sa prof vient, ouvre le béscherelle, et lui fait copier les règles de grammaires.

Quand je pense que ma conseillère pédagogique m'avait proposé de m'occuper aussi des cours de français de ce gamin...

 

Voilà voilà.

Donc je pense qu'il est définitivement dégoûté du français. Alors qu'elle aurait pu en faire un truc super, lui faire écrire des trucs – il aime écrire – lui faire étudier des légendes, des textes de romans fantastiques, des scènes de films pour ajouter un peu à sa culture...

Mais non. Copions ensemble, dans la joie, des règles de grammaire, pendant une heure.

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2010/09/23/c1d7674e-c7a3-11df-afc1-be41e2348b86.jpg

 

 

A ce sujet, d'ailleurs, j'ai vu que Princesse Soso avait fait des articles sur les vilains profs pas beaux qu'on a tous eu. N'hésitez pas à aller jeter un oeil, ça montre que le métier n'est pas fait que de personnes qui ont vraiment la vocation d'aider nos têtes blondes.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article