Chroniques d'une prof en stage (2)

Publié le par Méli

J'avoue, j'avais oublié. C'est dingue comme en quelques mois seulement, on oublie une expérience pareille. Pourtant, « j'ai baisé ta mère » (je vous avais parlé de ce y11 qui avait lâché ça dans un couloir ?) aurait du me rappeler que les élèves, français, anglais, ou martiens, ne se rendent pas compte que les professeurs ont des oreilles. Ou bien ils pensent qu'au delà de deux mètres, les professeurs ont une ouïe plus que défaillante.

Je ne manquais pas à la règle, à leur place, je pense, avec ma désormais légendaire discrètion...

Enfin bon. J'ai quelques petites anecdotes du genre (oui, déjà) à vous raconter sur le sujet.

 

http://cache.cosmopolitan.fr/data/photo/w228_c18/7d8c9e16e_mango.jpg

Alors déjà, les Prépa. J'ai pu les voir dans un cours, même si ça ne me concerne pas vraiment – puisqu'ils ne sont pas dans le secondaire – mais sans plus. Et je les ai vu, dans un couloir, en attendant mon référent. Et là, je surprends une conversation sur les profs d'anglais. Mais oui. C'est pas comme si j'étais deux mètres plus loin, et très visible dans mon manteau rouge.

Ça parlait de M. S., qui n'est pas professeur dans ce lycée. Je le connais de nom, parce que lorsque j'ai passé mon bac oral d'anglais, j'étais avec des élèves qui l'avaient eu dans un autre lycée de la même ville.

« Non mais il était pas top, Monsieur S., quoi, j'préfère Monsieur P., il est juste trop bien comme prof !
- Trop pas, Monsieur S. était totalement différent, c'est juste que c'était plus difficile, mais je l'aimais bien moi ! »

C'en suit une longue discussion sur le sujet... Une discussion normale d'élèves, prépa ou pas. Enfin bon, quand je potine sur mes profs de fac, j'ai la décence de ne pas le faire devant l'un d'eux...

 

 

Mais vous vous doutez que ce n'est pas le plus croustillant. Bien sûr, j'en ai gardé d'autres sous le coude...

Entre autres ; comme les anciens élèves de ce lycée se souviendront, l'extérieur de la cour, juste devant les grilles, est ze place to be quand on est fumeur. Et croyez moi, il n'y a pas que du tabac. Et quand j'y étais moi-même élève, je connaissais du monde qui touchait à du matos un peu plus dur qu'un simple pétard... (non, je n'y touchais pas, je suis prude, moi, vous voyez)

Alors il doit être une heure moins le quart, je rentre de ma pause déjeuner, et j'entends deux élèves discuter sans vraiment faire attention. Et puis j'entends un :

« Ta gueule, c'est une prof !
- Mais on s'en fout, tout le monde sait que tu fume DES PÉTARDS ! »

(les majuscules ne sont pas là pour mettre en valeur et dire drugs are bad, m'kay, mais parce que la jeune fille l'a crié à plein poumons dans mon oreille désormais décédée)

 

Raaah, ça m'avait manqué. Une dernière pour la route ?

Ah, c'est bien parce que j'ai gardé la plus croustillante pour la fin.

Encore une fois, je suis dans les couloirs, et je croise des élèves que je reconnais immédiatement comme étant en première scientifique. Je ne fais que passer, mais la simple phrase que j'ai entendu vaut le tact de mes anciens y11...

« Non mais deux heures de maths, c'est comme la sodomie : au début, ça va, mais après deux heures, ça fait mal au cul. »

o.o what ?

 

http://www.kaotique.com/wp-content/uploads/2007/11/grosses-fesses.jpg

Les 1ère S sont en pleines révisions du bac

 

Voici mes anecdotes so far. Sinon, les seconde étaient plutôt mignons, ce matin, pas trop bruyants ni rien. Et c'est officiel, je devrais faire classe à eux, ainsi qu'aux première, pendant deux heures, la semaine prochaine (dernière semaine de stage). J'ai déjà un projet pédagogique pour mon stage de mars, et je sais autour de quoi vont tourner mes séances de seconde. Il faut que je cogite encore pour mes première, mais je gère. Je vais trouver.

See you folks o/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article